Nouveaux délais de consultation « le CHSCT aligné sur le CE »

Depuis le 1er juillet 2016, en l’absence d’accord d’entreprise ou de délais spécifiques prévus par la loi, les délais de consultation du CHSCT sont fixés par le décret 2016-868 du 29 juin 2016.
A compter du moment où les informations nécessaires à la consultation lui sont transmises, le CHSCT a un mois pour se prononcer, délai au-delà duquel il est réputé avoir émis un avis négatif. Ce délai est porté à deux mois lorsqu’un expert est désigné, trois mois lorsque plusieurs CHSCT sont saisis et 4 mois lorsque l’IC CHSCT est consultée.
(R 4614-5-2 et R. 4614-5-3 nouveaux du Code du travail)
Les délais de consultations courent à compter du moment où l’employeur a communiqué à l’instance les informations nécessaires ou lui a indiqué qu’elles étaient mises à disposition dans le BDES.

 

A vos avis !

 

Le délai d’un mois suppose que chaque consultation devra donner lieu à une réunion dans le mois qui suit la mise à disposition de l’information.
Que se passera-t-il si aucune réunion ordinaire n’est programmée, la périodicité légale étant de 3 mois au minimum ?

Que se passera t-il si l’employeur met les informations concernant un projet dans la BDES sans avertir le CHSCT estimant pour sa part que le projet n’est pas important au sens de l’article L. 4612-8-1 ?

Pendant le temps de convocation de mise en place d’un CHSCT extraordinaire , les délais de l’expert courent-ils ?

 

Articles rédigés par
Isabelle Schockaert
contact@physiofirm.com – tél : 04 90 83 71 93
LAB’IRP
Juriste du Cabinet Physiofirm

Physiofirm_signature

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *